Polyarthrite rhumatoïde (PR)

Affections inclues : (synonymes et formes) : polyarthrite rhumatoïde, polyarthrite chronique évolutive (PCE), arthrite chronique juvénile (maladie de Still)

Voir page spécifique pour : spondylarthrite ankylosante

La polyarthrite rhumatoïde est un rhumatisme inflammatoire chronique qui affecte plusieurs articulations (poignets, coudes, genoux, chevilles, hanches, cou…). C’est une maladie évolutive, qui débute le plus souvent après quarante ans. Elle touche trois femmes pour un homme. Elle est responsable d’un handicap fluctuant et peu visible, mais contraignant et douloureux.

Le plus souvent, elle apparaît au niveau des articulations des mains et des pieds : gonflement, douleur aiguë qui réveille au petit matin, enraidissement, fatigue, fièvre... L’inflammation commence au niveau des tissus superficiels qui entourent l’articulation, puis elle se propage aux tendons, au cartilage et à l’os, les détruisant inexorablement en l’absence de traitement. Doigts, poignets, chevilles etc. s’enraidissent et se déforment progressivement. Il existe des formes très variables, certaines atténuées, d’autres beaucoup plus sévères et invalidantes.

Les causes ne sont pas connues. On sait qu’une PR peut se déclencher à la suite d’un grand choc ou d’un stress, qu’il peut y avoir un terrain familial favorable, mais que la maladie n’est pas héréditaire. On soupçonne l’intervention d’un virus, qui déclencherait le processus, sans que cela ait été démontré. Il s’agit d’une maladie auto-immune : le système immunitaire, dont le rôle est de défendre l’organisme contre les agents extérieurs, est comme « déboussolé » et dirige ses attaques contre l’organisme qu’il est censé défendre.

L’évolution, variable, procède par poussées qui laissent des destructions irréversibles, mais qui peuvent être suivies de longues périodes d’accalmie. C’est une maladie souvent invalidante, douloureuse, et qui nécessite un suivi spécialisé pour un traitement multiple : médicaments anti-inflammatoires, traitements au niveau des articulations (infiltrations, geste chirurgical), rééducation, aides techniques et petits appareillages (orthèses, attelles) constituent la panoplie des traitements de la PR.

La polyarthrite est une maladie capricieuse : un jour ça va (plus ou moins), le lendemain on se lève avec des douleurs insupportables. Le polyarthritique a besoin d’une période de dérouillage matinal, pour vaincre l’enraidissement qui peut durer plusieurs heures. L’atteinte des mains et les douleurs (même nocturnes) liées aux poussées sont particulièrement invalidantes.

(Source : L’accompagnement des personnes handicapées motrices. Dr M. Delcey. Ed. APF 2000).


Agenda :

L’AFPric organise le 14e Salon de la polyarthrite et des rhumatismes inflammatoires chroniques. Voir aussi la rubrique ci-dessous : Autres sources d’informations sur la Polyarthrite.


Articles publiés dans cette rubrique

Novembre 2012.
 par  Morin F., Rouleau L.
mars 2010
 par  Durez P.
Rubrique mise à jour le 18 août 2014.
 par  Haute Autorité de santé (HAS).
2001.
 par  Soulier B.
2002.
 par  AFP
Rubrique mise à jour le 08 décembre 2014.
 par  Rédacteur APF
-->

Informations

BAROMETRE COMPENSATION

Questionnaire en ligne sur http://compensationhandicap.fr Vous, ou votre enfant, êtes (...)

Vacances

Opération 1 € pour 1 km : A l’approche de l’été, les délégations départementales de l’APF se (...)

FAIRE FACE

Le magazine Faire Face chez vous et des contenus exclusifs en ligne ! (...)

Les numéros verts APF.

Les numéros verts APF. Des numéros verts d’écoute et de soutien : Des psychologues écoutent et (...)

Retrouvez nous sur Facebook :

APF EI est sur Facebook depuis septembre (...)