Traumatisme crânien (TC) graves

Les Traumatismes crâniens (TC) graves.

Affections inclues : (synonymes et formes) : traumatisme cérébral, traumatisme crânio-cérébral, états végétatifs post-traumatiques, coma post-traumatique, enfant secoué, Locked-in-syndrome post-traumatique.

Les séquelles de traumatismes crâniens graves font suite à des accidents ayant entraîné un choc sévère au niveau de la tête et du crâne, caractérisé notamment par la survenue d’un coma. Ces traumatismes graves touchent souvent des sujets jeunes (plus souvent masculins). Les accidents de la route en sont la première cause. L’évaluation définitive des séquelles après la phase de récupération nécessite de longs mois pour les troubles moteurs, voire plusieurs années pour les troubles neuropsychologiques. Certains blessés ne sortent jamais du coma (états végétatifs). Les séquelles de TC graves sont souvent multiples :
- motrices : un quart des blessés conserveront toute leur vie une telle atteinte, souvent une hémiplégie (paralysie d’un seul côté du corps). Des troubles de la coordination des mouvements ou de l’équilibre sont également possibles, ainsi que des atteintes de la commande du mouvement des yeux ;
- une épilepsie ou, plus rarement, des troubles sensoriels (audition, vue, odorat) ;

- Mais l’essentiel des séquelles est constitué par des troubles neuropsychologiques : atteinte du langage, de l’attention, de la mémoire, de l’orientation dans le temps et l’espace, de la perception (ex. : le sujet voit mais ne reconnaît pas ce qu’il voit), des fonctions complexes (difficulté à planifier ou concevoir des actions, à avoir des projets et à les mener à terme), des troubles du comportement.

Les troubles du comportement et leurs manifestations proviennent de lésions du cerveau touchant le contrôle des émotions, de l’angoisse, des inhibitions sociales. Ils sont parfois spectaculaires : agressivité verbale ou physique, fugue, colère ou réaction brusque pour une frustration mineure, comportement impudique désinhibé, humeur instable, immaturité affective… et peuvent notamment survenir quand le sujet est placé dans une situation inconnue et déstabilisante (loin de ses repères habituels).

Mais ces troubles sont en fait moins fréquents que des atteintes beaucoup moins visibles mais beaucoup plus gênantes dans la vie quotidienne, pour ces personnes et pour leur entourage : troubles de l’attention et fatigabilité (le sujet est en forme le matin et n’est « plus bon à rien » le soir), troubles de mémoire et d’orientation (risque de se perdre dans les lieux publics, oubli des consignes), troubles du pragmatisme et de la capacité à faire des projets (ceux d’un groupe ou les siens propres)… Assez souvent, les personnes atteintes bénéficient d’une mesure de protection juridique des biens et des personnes (tutelle, curatelle), notamment en ce qui concerne la gestion de leurs ressources.

Dans la vie quotidienne, un certain nombre de « trucs » peuvent aider considérablement ces personnes (agenda pour donner des repères dans le temps, carnet personnel pour ne pas oublier, etc.).

(Source : Déficiences motrices et situations de handicaps Dr M. Delcey. Ed. APF 2000, p. 33-35) www.apf.asso.fr.


Voir aussi la rubrique : autres sources d’informations sur le traumatisme crânien.



Articles publiés dans cette rubrique

2013.
 par  Société Française de Médecine physique et de Réadaptation » (SOFMER).
Mai 2012.
 par  L’information psychiatrique.
Novembre 2012.
 par  Le Journal des psychologues.
Mai 2012.
 par  Association du Locked-in syndrome (ALIS).
-->

Informations

BAROMETRE COMPENSATION

Questionnaire en ligne sur http://compensationhandicap.fr Vous, ou votre enfant, êtes (...)

Vacances

Opération 1 € pour 1 km : A l’approche de l’été, les délégations départementales de l’APF se (...)

FAIRE FACE

Le magazine Faire Face chez vous et des contenus exclusifs en ligne ! (...)

Les numéros verts APF.

Les numéros verts APF. Des numéros verts d’écoute et de soutien : Des psychologues écoutent et (...)

Retrouvez nous sur Facebook :

APF EI est sur Facebook depuis septembre (...)