Infirmité motrice cérébrale (IMC)

Pour en savoir plus : vous pouvez visiter le site APF Écoute Infos dédié à l’IMC : www.imc.apf.asso.fr.

Rubrique comprendre.

Rubrique : agenda.

Une page de liens est consacrée aux consultations spécialisées.

APF Ecoute IMC, un numéro vert d’écoute et de soutien.


L’IMC est liée à une lésion du cerveau survenue dans la période anténatale ou périnatale (pendant la grossesse, l’accouchement ou lors des premiers mois de la vie). Elle touche un cerveau encore en maturation et entraîne un trouble moteur non évolutif (paralysie, troubles de la coordination du mouvement).

Il peut s’y associer des difficultés spécifiques des fonctions "supérieures" gênant les apprentissages, notamment scolaires. Quand une déficience mentale notable est associée, on parle usuellement d’infirmité motrice d’origine cérébrale.

Les causes les plus fréquentes d’IMC sont aujourd’hui la prématurité (naissance à moins de 8 mois de grossesse) ou encore une souffrance du nouveau-né pendant l’accouchement. La lésion du cerveau est due à un trouble de la circulation sanguine entraînant une ischémie (diminution de l’apport de sang) ou une hémorragie. L’IMC n’est pas une maladie génétique.

Les premiers signes, souvent notés par les parents, sont des difficultés ou un retard dans le développement de la motricité chez le nourrisson (tenue de la tête, se mettre assis, ramper, tenir debout puis marcher…). D’autres signes peuvent être notés : des membres raides, une main qui reste fermée… La maladie de Little est une forme particulière d’IMC où les troubles moteurs prédominent sur les deux membres inférieurs (jambes). Elle est souvent rapportée à une grande prématurité (synonyme : diplégie spastique du prématuré). Les troubles moteurs de l’élocution du langage ou de la déglutition, la gêne à l’écriture, peuvent représenter des handicaps majeurs. De même, indépendamment des paralysies, il peut exister des troubles des " praxies ", c’est-à-dire de la capacité à penser un geste ou une série de gestes pour réaliser une action déterminée. Les troubles associés peuvent être une épilepsie, des troubles du langage ou, plus rarement, des troubles sensoriels.

L’IMC est due à une lésion qui n’évolue pas mais qui, ayant touché un cerveau en pleine maturation, va gêner le développement de l’enfant : difficultés de contrôle moteur, risque de déformation orthopédique (du squelette), parfois difficultés d’apprentissage scolaire (auxquelles s’ajoutent la contrainte des soins, parfois des opérations). Ces enfants doivent bénéficier d’une éducation thérapeutique les guidant dans l’apprentissage des possibilités motrices (locomotion, élocution, déglutition si ces fonctions sont touchées), prévenant le retentissement des troubles moteurs sur le squelette (déformations), ainsi que d’une éducation spécialisée si des troubles d’apprentissage sont associés. Dans un certain nombre de cas, des aides techniques spécifiques sont utilisées, notamment pour les apprentissages et la communication.

(Source : L’accompagnement des personnes handicapées motrices. Dr M. Delcey. Ed. APF 2000, p. 32-33).


IMC : Le guide pratique.

Un livre de 200 pages largement illustré qui aborde simplement tous les aspects de l’Infirmité Motrice Cérébrale. JPEG - 244.8 ko

Publications APF : www.apf.asso.fr.


"Selon la plus récente définition collective internationale (Rosenbaum et coll., 2007), "Paralysie Cérébrale (PC) est un terme qui désigne un groupe de troubles permanents du développement du mouvement et de la posture, responsables de limitations d’activité, imputables à des évènements ou atteintes non progressives survenus sur le cerveau en développement du fœtus ou du nourrisson. Les troubles moteurs de la paralysie cérébrale sont souvent accompagnés de troubles sensoriels, perceptifs, cognitifs, de la communication et du comportement, par une épilepsie et par des problèmes musculo-squelettiques secondaires". En France le terme d’infirmité motrice cérébrale (IMC) est plus répandu. Il est parfois employé à la place de paralysie cérébrale mais pour Guy Tardieu l’IMC regroupait des troubles moteurs prédominants et non évolutifs dus à une lésion cérébrale, "conséquence d’une lésion pré, péri ou postnatale précoce", pouvant "s’accompagner d’atteintes sensorielles et d’atteintes partielles des fonctions supérieures à l’exception d’une déficience intellectuelle" (Tardieu 1969).

Le terme paralysie cérébrale est donc plus général puisqu’il regroupe également les formes avec des atteintes intellectuelles où l’on parle dans les cas les plus sévères de polyhandicap. En France le terme d’infirmité motrice d’origine cérébrale (IMOC) a également été proposé dans une acception assez large".

Source : www.lafondationmotrice.org.


Articles publiés dans cette rubrique

Mise à jour octobre 2012.
 par  Association des Paralysés de France (APF)
-->

Informations

Emploi

L’Espace Emploi APF vise à favoriser, pour les personnes en situation de handicap, la rencontre (...)

Ecoute parents

APF Ecoute parents : 0800 800 766 s’adresse aux parents d’enfant en situation de handicap. Les (...)

Handidon

Handidon, c’est l’occasion de faire une bonne action en faveur des personnes en situation de (...)

Les numéros verts APF.

Les numéros verts APF restent ouverts tout l’été. Des numéros verts d’écoute et de soutien : Des (...)

Retrouvez nous sur Facebook :

APF EI est sur Facebook depuis septembre (...)